Developpement personnel

Et si on apprenait à échouer pour mieux s’épanouir !

Et si on apprenait à échouer pour mieux s’épanouir !

Bienvenue sur Je Veux Du Bonheur !

Pour recevoir le cadeau de bienvenue qui t’attend, c’est par ici! C’est un guide qui t’explique les 10 règles d’or à mettre en place dans ton quotidien pour arrêter de souffrir et enfin être en paix.

Pendant longtemps, j’ai vu l’échec comme un problème qu’il fallait éviter à tout prix.

  • J’étais accablée par mes échecs, mes erreurs. Cela me faisait plonger dans la spirale infernale de la culpabilité .
  • Je perdais confiance en moi. Je me dévalorisais sans cesse. Ce manque d’estime de moi entrainait un fort besoin de reconnaissance. J’avais en effet besoin du regard des autres pour penser que j’étais valable, que j’étais quelqu’un que l’on pouvait aimer malgré tout.
  • L’échec avait aussi, pour moi, le côté pervers de me faire entrer dans la comparaison malsaine avec les autres. J’avais la sensation de ne pas être à la hauteur, que les autres étaient mieux.
  • Enfin, ma peur d’échouer était tellement forte et les conséquences de l’échec étaient tellement douloureux à vivre que je m’interdisais de rêver. En effet, pourquoi rêver alors que je n’étais qu’une bonne à rien…

Il m’a fallu du temps pour comprendre que c’est tout le contraire.

Échouer est essentiel pour vivre une vie épanouissante, une vie à la hauteur de ses rêves. Et il suffit d’un changement d’état d’esprit pour ne plus vivre l’échec comme une souffrance à éviter.

Pourquoi craindre l'échec?

Pour commencer, prenons quelques instants pour bien comprendre ce que signifie l’échec. Échouer signifie que le résultat obtenu n’est pas celui que nous avions initialement prévu. C’est tout !

Alors pourquoi refuser autant l’échec, pourquoi tout faire pour l’éviter ? Pourquoi avoir peur de l’échec comme d’une bête féroce ?

Tout simplement parce que ce n’est pas l’échec que nous évitons, c’est l’émotion qui en découle que nous voulons à tout prix éviter.

Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, comme je vous l’ai expliqué ci-dessus, l’échec était entouré d’un halo douloureux, de honte, de colère envers moi-même. Je me sentais jugé lorsque j’échouais. J’avais peur du regard des autres. Et par-dessus tout, j’avais peur de mon propre regard. Car au moindre échec, j’avais cette petite voix critique qui tournait en boucle dans ma tête me rappelant à quel point je ne suis pas à la hauteur de ma vie, à quel point je ne vaux rien.

Échouer pour atteindre le succès

Mais, ce qu’il est essentiel à comprendre ici, c’est que nous sommes les seuls maîtres de nos pensées. Nous pouvons donc choisir de ne pas associer à l’échec ces jugements négatifs. Et au contraire, d’y associer des pensées positives.

Car avant tout, l’échec est un processus d’apprentissage. Plus on échoue, plus on apprend. Plus on apprend, plus on s’améliore et on s’approche de notre vie rêvée.

Pour ma part, je crois vraiment que le succès et donc ultimement l’épanouissement est acquis via l’échec. Je crois vraiment que pour réussir à atteindre ses rêves, échouer est primordial !

Citation Michaël Jordan o58nrsfkjbhb9kclg1bbdnnl854wisv6d3z0hyafz2 Et si on apprenait à échouer pour mieux s’épanouir !

On entend souvent parler du bébé qui apprend à marcher et qui se relève encore et encore malgré ses chutes. Cet exemple est tellement donné qu’il peut apparaitre comme non recevable avec le temps.

Et pourtant, ce qu’il est essentiel de comprendre dans cet exemple et qu’on oublie souvent de dire, c’est qu’un bébé tombe parce qu’il n’a pas suffisamment de force dans les jambes pour rester debout. Et en se relevant, le bébé développe à chaque fois les muscles qui lui seront nécessaires pour la station debout. S’il ne tombait pas et s’il ne cherchait pas à se relever, il mettrait bien plus de temps à muscler ses jambes et donc à marcher…

Échouer pour développer sa confiance en soi

Un deuxième point que j’aimerais aborder avec vous aujourd’hui, c’est qu’être prêt à échouer permet de muscler notre confiance. Cela peut paraître contre-intuitif, pour autant c’est essentiel !

Si vous savez que quoi qu’il arrive, peu importe l’échec que vous vivrez, vous continuerez à vous aimer et vous saurez vous relever sans jugement ni critique, quel sera, à votre avis, votre niveau de confiance ?

Il sera au top. Vous oserez réaliser des actions imparfaites. Vous oserez faire des pas vers vos rêves. Des pas qui vous éloigneront de cette sensation de vide, cette souffrance tapie en vous.

C’est pourquoi, à mes yeux, l’échec ne doit pas juste être un concept de développement personnel mais un principe à appliquer dans notre vie de tous les jours. Apprenons à échouer. Devenons même très bons à échouer.

Un exercice pour aller plus loin...

Pour cela, je vous partage un exercice qui va vous aider à apprivoiser l’échec.

Je vous invite à échouer 5 fois par mois.

Dans le monde du développement personnel, on préconise à juste titre de tenir un journal des gratitudes. Aujourd’hui, je vous propose de tenir également un journal. Mais cette fois-ci, un journal de vos échecs dans lequel vous noterez vos 5 échecs du mois. Évoquez-y, par écrit, la situation qui vous a amené à vivre un échec. Décrivez vos réactions, vos pensées, les émotions que vous avez ressenties précisément.

Vous verrez que cet exercice est vraiment libérateur. Vous vous rendrez compte que cette bête tant redoutée n’est pas si terrible que ça. De plus, à chaque nouvel échec, vous ne le verrez plus comme un élément négatif, mais au contraire comme un nouvel élément à noter dans votre carnet « Chouette ! Un échec de fait. Encore 4 à faire ce mois ! ». Cela va petit à petit vous donner la volonté d’essayer encore et encore des actions imparfaites mais tellement nécessaires à votre épanouissement.

Échouer mais apprendre

Maintenant, avant de vous laisser pour aujourd’hui, j’aimerais insister sur un dernier point. J’aime beaucoup cette citation qui dit :

Tu ne peux pas faire la même erreur deux fois. Car la deuxième fois ce n’est pas une erreur c’est un choix o58osjwbu1t1ciy6rxe0wdolmnxpkmt8r2io7js4m6 Et si on apprenait à échouer pour mieux s’épanouir !

Il est important de comprendre que pour chaque erreur, chaque échec, vous devez entrer dans une boucle d’amélioration continue.

Pourquoi est-ce que j’ai échoué ? Qu’est-ce que je peux améliorer, changer ?

Puis, essayez à nouveau. Ne restez pas dans votre zone d’échec.

C’est ainsi que vous irez, pas après pas, vers la réussite de vos projets et donc ultimement vers votre épanouissement personnel et professionnel. Car l’échec est un enseignant. Rien de plus. Rien de moins.

Essayez l’exercice du journal de vos échecs et venez me dire dans les commentaires ce que cela vous a apporté. Qu’avez-vous ressenti après votre premier échec ? Puis votre deuxième ? Votre troisième ?… Votre cinquième ? Ne vous êtes-vous pas améliorés à échouer ? Vos émotions sont-elles différentes ?

J’ai hâte de vous lire et d’échanger avec vous sur ce sujet.

Avec amour,

Barbara

Présentation Livre 931x1024 Et si on apprenait à échouer pour mieux s’épanouir !

Si tu en as marre de souffrir, je te propose de télécharger gratuitement mon guide « Les 10 règles d’or pour arrêter de souffrir et enfin se sentir en paix« .

Je t’y apprends comment ne plus vivre dans le passé. Comment ne plus rester bloqué dans tes blessures. Comment développer un mindset qui te met aux commandes de ta vie. Et bien d’autres choses !

2 réflexions au sujet de « Et si on apprenait à échouer pour mieux s’épanouir ! »

  1. Chère Barbara ;Merci bien pour cet article très riche ;j’aimerai tout d’abord vous signaler que les échecs ont des sentiments très douloureux sinon on les appelle pas échecs et si on s’amusent a chaque fois de tester nos sentiments avec préméditation ça devient un peu robotique ;l’enseignement tiré des échecs continus provoque la frustration et souvent le mépris et la désolation
    échec sen amours ;
    échecs au travail;
    échecs dans les relations;
    échec spirituel .
    excusez un peu ma franchise mais avec les expériences que je vais il est très difficile d’appliquer ces procédures académiques ETpschologiques .
    la meilleure façon de réussir est de ne pas attendre la réussite ;de rester calme devant les événements et de se dire constamment que tout passe réussite ou échec les choses qui restent (ami/ argent/ amour).car le cerveau ne croit que ce qu’il voit .
    cordialement.
    TOUATI SAID 53ANS.
    INGENIEUR
    ALGERIE.
    BORDJ BOUARRERIDJ

  2. Merci pour votre commentaire.
    Je comprends tout à fait votre position vis-à-vis de l’échec.

    Pour ma part, après avoir vécue 2 dépressions, j’ai développé la croyance qu’un échec, qu’une erreur, n’est pas grave tant que je ne lui fais pas signifier quelque chose de grave. Aussi, plutôt que de rester focalisée sur le problème ou la situation, je préfère me concentrer sur la façon dont je choisis de penser à ce problème / cette situation.
    Comme beaucoup, j’ai connu des échecs personnels et professionnels. J’ai également connu des problèmes de santé importants. Mais, dans toutes ces situations, j’ai toujours essayé de faire attention aux pensées que je nourrissais sur ce que je vivais pour ne pas sombrer dans la rancœur, l’anxiété, la frustration…
    Certaines situations de vie nous « tombent » dessus sans que l’on demande quoique ce soit. Ce sont des circonstances sur lesquelles nous n’avons bien souvent aucune emprise. Je ne peux pas forcer mon conjoint à continuer à m’aimer. Je ne peux pas forcer mon employeur à ne pas me licencier économiquement. Je ne peux pas m’empêcher de tomber malade. Je ne peux pas revenir sur une erreur que j’ai faite… Par contre, j’ai le contrôle sur comment je choisis de penser à ces circonstances. C’est là où j’ai tout mon pouvoir. Mais comme tout changement cognitif, cela demande de changer son regard sur nos expériences de vie, petit à petit, pas après pas, chacun à son rythme.

    Enfin, je vous rejoins complètement lorsque vous dites que tout passe, même les moments les plus difficiles. Le changement est une grande vérité universelle à laquelle je crois énormément. Mais ma croyance va même plus loin. A mes yeux, accepter que ce que l’on vit est ce que l’on doit vivre est essentiel pour avancer avec sérénité dans sa vie. Et parfois, ce que l’on doit vivre passe par des erreurs, des échecs. Mais cela fait partie de notre voyage en tant qu’être humain.

    Très belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *