Developpement personnel

Ce qui m’aide à tenir les jours difficiles

Comment faire pour avancer avec sérénité même les jours difficiles où l'on ne réussit pas à apprivoiser nos émotions sans les fuir ou les combattre.

On aimerait tous pouvoir être au top de notre forme tous les jours.

Avoir une positivité à toute épreuve.

Réussir à apprivoiser nos émotions sans les fuir ou les combattre comme je te l’explique dans mon dernier article.

Être toujours en paix avoir soi-même et les autres.

Savoir sortir grandi de chaque difficulté ou épreuve que la vie met sur notre chemin.

On aimerait tous…

Et pourtant, la vérité est bien différente.

On vit tous des journées difficiles.

La santé qui nous tire vers le bas, comme cela est le cas pour moi en ce moment.

Une page de notre histoire familiale à tourner (un divorce, un deuil…) ou des proches malades tout simplement.

Des difficultés au travail.

Bref, la vie n’est pas un univers rempli de licornes, d’arcs-en-ciel  et de personnes en paix à chaque instant.

Et parfois, pendant ces journées noires, ces jours difficiles, on ne trouve pas en nous les ressources pour être :

– en paix,

– positif(ve),

– persévérant(e),

– confiant(e) en nous et en la vie

Nos émotions, notre fatigue sont bien plus forts que notre mental. Alors, on a l’impression de couler. On peut avoir l’impression de faire marche arrière sur le chemin de notre développement personnel. Même si ce n’est pas le cas évidemment.

C’est particulièrement le cas pour moi aujourd’hui, alors j’ai décidé de te partager différentes pistes qui m’aident à faire de cette journée, une journée d’exception et non une règle.

1- Prendre le temps d'écrire mes pensées

Je le dis souvent.

Mais écrire mes pensées est pour moi l’outil essentiel pour ne pas rester bloquée à ruminer mes idées sombres. Cela m’amène immédiatement beaucoup de clarté. Je vois, noir sur blanc (ou bleu sur blanc suivant la couleur de mon stylo), les pensées qui se bousculent dans ma tête et qui me plongent dans du mal-être.

Alors oui, je sais qu’aujourd’hui, je ne trouverai pas en moi les ressources pour travailler sur mes pensées. Mais peu importe. L’idée, ici, est uniquement de vider ma tête. De m’apporter du mieux-être à défaut d’aller jusqu’au bien-être.

Concrètement, j’ai toujours un carnet à disposition dans lequel je note tout ce qui me passe par la tête.

Est-ce que je le fais tous les jours ?

Dire oui serait mentir. Dans un idéal, j’aimerais. Mais je n’ai pas encore atteint cette habitude de vie où l’écriture est devenue un rituel incontournable.

Par contre, les jours sombres, là, c’est incontournable.

2- Accepter mes écarts de conduite

Dans mon dernier article, je te parle de l’importance de ne pas refouler ses émotions.

Pendant longtemps, le sucre a été un moyen très efficace de refouler mes émotions. Ayant, depuis toute petite libre-accès aux bonbons, – mes parents étaient buralistes -, je suis devenu addict au sucre. Pour tout te dire, pendant ma première dépression, mon unique alimentation était composée de rouleaux de réglisse  d’une célèbre marque à destination des grands et des petits.

Alors, oui, le travail que j’ai fait sur moi m’aide à ne plus refouler mes émotions à la chaine. Pour autant, certains jours, j’accepte ne pas avoir la force ou l’envie, tout simplement, d’être à l’écoute de mes émotions. Et ces jours-là, je me plonge avec délectation dans mon placard à sucrerie sans culpabilité. Même si mon ventre, lui, sait me rappeler mes écarts de conduite !

La vie est un process. On avance un pas après l’autre. Parfois on croit faire des pas en arrière, mais cela n’est pas le cas. On fait juste des pauses dans notre cheminement. L’essentiel est de garder cette foi en nous intacte. Garder la bienveillance envers nous-même qui nous aidera à reprendre le chemin paisiblement lorsque le temps sera revenu.

3- Prendre soin de moi

On est souvent tellement dans le flow de la vie que l’on oublie l’importance de prendre du temps pour soi.

En tant qu’entrepreneur, j’ai l’avantage de pouvoir gérer mon emploi du temps, même si mon « travail » de maman temps plein, lui ne s’arrête jamais !

Alors quand l’énergie n’y est vraiment pas, j’accepte que la journée ne soit pas productive. Au contraire, je sais que c’est en prenant du temps pour moi, sans forcer, que je remonterai plus rapidement en énergie. Je repousse donc tous les rendez-vous que je ne pourrai pas honorer pleinement du fait de mon état énergétique. Et je fais le stricte nécessaire, sans pression aucune. Que cela soit familialement ou professionnellement.

Puis, j’en profite pour prendre soin de moi. Une psychologue m’a expliquée un jour l’importance de se récompenser surtout lorsque ce que l’on vit est difficile. Cette récompense n’a pas besoin d’être grosse. Cela peut être tout simplement un bain que l’on repousse continuellement. Ou accepter de regarder les séries que l’on ne prend pas le temps de faire autrement. L’essentiel ici est de s’accorder du temps de reconstruction.

4- Me ressourcer dans la Nature

La Nature a toujours été pour moi un lieu de grand ressourcement.

Je vis en région parisienne. Je n’ai pas forcément la mer ou la montagne à proximité. Mais j’ai toujours plaisir à aller faire un tour en forêt ou autour d’un étang.

Bien sûr, pour que ce moment soit optimum, je coupe toute distraction. L’idée, ici, est de retrouver un moment de communion avec la Nature. Je me mets à l’écoute des sons que j’entends. Le bruit des feuilles. Le bruit des animaux. Le bruit de mes pas sur le sol. Et surtout, le silence profond qui règne malgré tout ce fourmillement naturel. Et, à chaque fois, ce moment de silence est un vrai ressourcement. Cela ne veut pas dire qu’en sortie de balade, je suis à nouveau au top de ma forme. Non, mais ce temps passé à marcher m’a permis de couper le flot incessant de mes pensées. Et rien que ça est très bénéfique.

Pour finir cet article, j’aimerais vous partager une prise de conscience que mon mentor, Martin Latulippe, m’a permis de vivre dans une de ses vidéos sur Instagram.

Il y explique que la qualité d’un leader est de briller de sa pleine lumière. Il fait alors une analogie avec le soleil où il explique que la seule chose que fait le soleil c’est briller. Il ne demande pas aux plantes de pousser dans sa direction. Il brille simplement. Et les plantes, d’elles-mêmes, poussent en direction de leur leader, à savoir le soleil.

Juste une petite précision avant d’aller plus loin dans ma prise de conscience. Peut-être que tu ne te trouves pas dans cette posture de leader. Mais, sache, qu’à mes yeux, de par notre vie en communauté (la famille, le travail, les amis), nous sommes tous un jour ou l’autre amené à impacter les autres.

Revenons maintenant à ma prise de conscience. Je me suis demandée « Qu’en est-il les jours sombres ? Les jours où le noir est plutôt notre couleur émotionnelle. Est-ce que l’on est juste bon à se cacher des autres ? »

Et bien sache que, là encore, à mes yeux, même si tu n’es pas à 100% positif(ve), à 100% en paix avec toi-même et les autres, tu continues de briller de mille feux. Car tu montres l’exemple que l’amour de soi est la clef de tous nos maux. Savoir s’aimer suffisamment pour accepter de baisser la garde, d’être vulnérable, d’être authentique même quand tout va mal, est, pour moi, certainement le facteur qui révèle le plus notre puissance.

J’espère que ces mots vont t’aider à avancer toi aussi les jours difficiles.

Dis-moi dans les commentaires ce que tu as mis en place pour traverser ces journées le plus sereinement possible. Et n’hésite pas à partager mon article s’il peut aider des personnes de ton entourage.

Si tu trouves ton quotidien morose…

Si malgré les livres de développement personnel que tu lis, tu ne ressens aucun mieux-être dans ton quotidien…

Je te propose de t’inscrire gratuitement à ma formation « 7 jours pour booster sa joie de vivre ». A l’aide de principes concrets et d’exercices à mettre en place pour entrer immédiatement dans l’action, je t’apprendrai comment apaiser ton mental, mettre tes saboteurs internes au repos pour booster ta joie de vivre au quotidien.

Bon cheminement vers toi

Avec amour,

 

Barbara

2 réflexions au sujet de « Ce qui m’aide à tenir les jours difficiles »

  1. Je veux changer par rapport à mon environnement, ne plus essayer de plaire, dire oui avant que la question soit posee… sans penser à « en ai-je vraiment envie? » Ma famille est ma priorité, je veux être un exemple à suivre pour mes enfants, leur montrer le libre arbitre, le bonheur d’être soit. Mon souci c’est le monde du travail, alors Barbara je vais prendre tous les conseils que tu me donneras pour mieux penser à moi. Jour 1… samedi -je travaille pas- mais je choisi d aller rentrer le bois 😒 pour chauffer mes petites fesses cet hiver 😋 c’est parti!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *